Perruches & Perroquets

Forum de conseils pour le bien-être des perruches, perroquets, et autres oiseaux et animaux.
 
AccueilPortailRechercherConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Pourquoi mon perroquet (ma perruche) se mutile, se blesse volontairement ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marine
Fondatrice, auteure.
avatar

Féminin
Pays : France | Ville : Poitiers

MessageSujet: Pourquoi mon perroquet (ma perruche) se mutile, se blesse volontairement ?   Ven 28 Sep 2012 - 11:40


Pourquoi mon perroquet (ma perruche) se mutile, se blesse volontairement ?





Votre perruche ou perroquet s'arrache les plumes, semble se mordre la peau, la faire saigner, se créer des plaies plus ou moins profondes, et même créer des plaies et s'éviscérer ?

Il y a plusieurs causes possibles.


1. Les causes pathologiques :

Les maladies infectieuses
Les infections comme la maladie du bec et des plumes (PBFD), la proventriculite virale des psittacidés (PDD) ou l'aspergillose peuvent engendrer, en plus des autres symptômes, le picage. La maladie du bec et des plumes engendre un développement anormal du plumage qui peut gêner et irriter l'oiseau, qui va arracher les plumes déformées. La proventriculite virale des psittacidés cause des vomissements, et donc une perte de poids, ainsi que des difficultés à absorber les nutriments et à les digérer. Ceci ajouté aux troubles neurologiques potentiels, l'oiseau peut en venir au picage. Enfin, l'aspergillose a été impliqué dans des cas de picage d'après les expériences des vétérinaires.


Les parasites
Les ectoparasites (parasites externes) sont les premiers parasites responsables du picage chez les psittacidés. Les poux sont souvent la cause, car en se nourrissant, ils rendent la peau irritante et les oiseaux infectés tentent de se soulager en s'arrachant les plumes. De plus, les acariens (comme les Knemidocoptes chez la Perruche Ondulée) provoquent des irritations cutanées. Cela s'observe par une hyperkeratose (cire épaisse et croûteuse) et des croûtes sur la cire, sur le bec, et autour, même parfois jusqu'aux yeux. Afin de soulager cet inconfort, les oiseaux atteints peuvent s'arracher les plumes. Un traitement à base d'ivermectin ou à la sélamectine avec une seule goutte entre les deux ailes sera efficace et traitera définitivement votre oiseau. Pour cela, consultez un vétérinaire.
En outre, il existe également des endoparasites (parasites internes) responsables du picage chez l'oiseau. La Giardase (ou giardose) est une infection parasitaire (en particulier chez les Calopsittes avec le protozoaire Giardia) qui engendre une réaction immunitaire de l’organisme très irritante, ce qui fait que l'oiseau s'arrache les plumes sous les ailes et sur les pattes. Si l'oiseau n'a pas rapidement de traitement, l'infection dégénère et le picage se généralise. Il est difficile d'observer le parasite au microscope (dans les fientes), ainsi le traitement peut être lent. Enfin, lorsque les oiseaux subissent des infections bactériennes, des verminoses, ou des hémoparasitoses, cela peut développer des comportements d'arrachage de plumes de part la gêne occasionnée.


Les allergies
Tout comme chez l'être-humain, chez nos chiens ou nos chats, nos oiseaux peuvent être sujets aux allergies. C'est l'organisme qui, face à certains facteurs environnementaux (protéines du poil des animaux, moisissures, poussières, pollens, le parfum, les aromates, ou les matières comme la laine et le coton), réagit de manière inappropriée, comme s'il était face à un agent pathogène. Il s'en suit des problèmes respiratoires, et/ou des ichtyoses inflammatoires (la peau s'assèche, devient rugueuse et inconfortable, avec des squames en forme d'écailles de poisson), ce qui pousse l'oiseau au picage. Avec l'aide du vétérinaire, il faudra trouver la cause allergique et réussir à, soit supprimer l'élément allergisant, si c'est possible, soit, trouver un traitement adapté.


Les carences alimentaires
Les carences en vitamine A, associées à un excès de matières grasses ou à un faible taux de calcium dans le régime alimentaire assèchent la peau, rend le plumage gras ou déficient, ce qui peut incommoder l'oiseau et l'inciter à s'arracher les plumes. En outre, l’hypovitaminose A (carences en vitamines A) favorise les dermatites bactériennes ou mycosiques ainsi que d’autres infections. Ce qui va accroître le picage.


Les infections cutanées
Suite à certaines infections cutanées comme la variole et l'herpès, les oiseaux peuvent subir des démangeaisons. Votre vétérinaire vous aidera pour le traitement adapté. Également, les kystes cutanés, les pennes cassées et en sang, une gaine persistante, les tumeurs, les petites coupures ou déchirures, et les contusions peuvent mener à l’arrachage occasionnel des plumes.


L’hypothyroïdie
Les déficits d’hormones thyroïdiennes, corticosurrénales ou sexuelles sont parfois la cause de l'arrachage des plumes. L'hypotyroïdie rend la peau sèche, et plus fragile face aux infections bactériennes et fongiques. Cela se règle en apportant une alimentation complète et parfois en apportant des compléments pour compenser l'excès ou le déficit (c'est votre vétérinaire qui vous prescrira le traitement approprié selon la cause). Certaines allergies génèrent l'hypotyroïdie.


Les cycles de reproduction et le système endocrinien
A l'état naturel, quand les conditions environnementales s'y prêtent, nos oiseaux se reproduisent. En captivité, avec l'enrichissement de l'environnement, avec l'abondance de nourriture riche et diverse, avec la possibilité de bains, avec les objets ressemblant aux nids, avec les températures douces et la luminosité, nos perruches et perroquets n'ont plus vraiment de saisons de reproduction. Ils sont constamment disponibles pour reproduire, et les conditions de vie, si elles sont idéales, leur permettent tout le temps. Par conséquent, cela peut générer des frustrations sexuelles, avec des comportements plus territoriaux, des pontes excessives chez la femelle, et un picage de type hormonal. Un vétérinaire spécialisé peut vous prescrire un traitement pour réguler certaines hormones, afin de freiner et réduire le picage, qui est parfois avancé chez certains individus. Enfin, pour préparer la couvaison des œufs, la femelle peut s'arracher le plumage au niveau du cloaque pour faciliter le réchauffement des œufs. C'est un comportement instinctif et donc normal.


Les problèmes systémiques
Dans certains cas, le picage peut être engendré chez l'oiseau par un organe malade. Certains oiseaux, touchés par un kyste aux reins par exemple, ou par une maladie cardiaque, ou encore par un granulome aspergillose, se piquaient sur l'endroit localisé de la maladie, sur l'organe concerné. C'est pourquoi il est indispensable de faire des examens complets de l'oiseau afin d'écarter toute cause pathologique, avant de passer à l'hypothèse du picage comportemental.


2.Les causes environnementales
Il existe également des causes environnementales qui induisent le syndrome d'arrachage des plumes :
• La fumée de cigarette, la fumée de cuisine et un taux faible d’humidité dans la pièce peuvent mener à l’arrachage des plumes dû aux irritations d'une peau sèche.
• Certaines toxines, comme le plomb, ou tout particulièrement le zinc, suite à une intoxication aux métaux lourds, peuvent générer du picage chez l'oiseau. Votre vétérinaire administra un chélateur (c'est une substance qui fixera les ions métalliques au composé soluble afin de pouvoir l'éliminer dans les urines, sans risque d'intoxication pour l'oiseau).


3. Les causes comportementales

Une fois que votre vétérinaire a écarté toute cause pathologique possible (après plusieurs examens de vérifications : La consultation vétérinaire d’un perroquet) il y a la possibilité de la cause comportementale : le trouble du comportement ou syndrome d'auto-mutilation volontaire.

Dans ce cas précis, c'est le mal-être de la perruche ou du perroquet concerné, souvent élevé à la main, qui s'exprime à travers cette mutilation. Cela commence généralement par l'arrachage des plumes, et si cela n'est pas traité par un spécialiste en comportement animal, cela peut dégénérer en mutilations et lacérations. Une fois les plumes arrachées, certains perroquets s’attaquent ensuite à leur peau. L’automutilation peut aussi survenir en premier lieu. Les lésions d’automutilation comprennent tous les stades, de la simple éraflure cutanée superficielle jusqu’aux plaies sévères de lacérations musculaires, ou d’arrachage et de mâchonnement des doigts.

Ceci touche surtout les Cacatoès, et notamment le Cacatoès des Moluques, ou parfois le Perroquet gris africain, les Aras de petite taille, les Amazones (chez lesquelles il faut plutôt rechercher une maladie organique), les Inséparables et certains Conures.

La zone pectorale est la principale touchée, mais ce syndrome peut évoluer jusqu’à l’autophagie des doigts. Lorsque l’automutilation perdure, un cercle vicieux s’établit. Comme les chairs sont profondément lacérées, les dommages tissulaires et nerveux sont responsables d’un inconfort qui démange l’oiseau, et le pousse à continuer à se mutiler d'avantage.


4. Allopicage :

Il faut s’assurer que le perroquet présenté déplumé est bien le responsable de la perte des plumes. Il peut, dans certains cas, s’être fait arracher les plumes par un autre qui, lui, souffre d’allopicage. C’est le cas, par exemple, de certains Aras qui, ayant pris l’habitude de s’arracher leur propres plumes, continuent sur leurs congénères. En cas d’agressivité entre deux oiseaux, on peut aussi observer sur l’un d’entre eux des pertes de plumes, simulant le picage. Un oiseau qui a été seul pendant longtemps peut attaquer un nouveau venu qui représente une menace pour son territoire restreint. D’autre part, l'accouplement d’un mâle et d’une femelle est parfois difficile pour certaines espèces comme les Cacatoès. Le mâle s’attaque alors à la femelle, qui peut se voir perdre des plumes.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.perruche-perroquet.com/
 
Pourquoi mon perroquet (ma perruche) se mutile, se blesse volontairement ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Perruches & Perroquets :: La foire aux questions-
Sauter vers: